09 50 42 62 82 espacenatbe@natbe.fr
   

C’est le titre du nouveau livre de Francine Dauphin, sage-femme bien connue dans le monde de l’accouchement à domicile mais aussi dans les hôpitaux où elle a démarré sa carrière de sage-femme et vu évoluer la technique et les habitudes liées à l’accompagnement de la femme enceinte et à l’accouchement.

Elle nous a fait l’honneur d’être présente pour notre ciné rencontre autour du film « l’art d’accoucher » projeté le 16 mai à l’épée de bois.

 Nous avons aussi eu la chance d’avoir avec nous Claude Didierjean-Jouveau, auteure et rédactrice en chef d' »Allaiter aujourd’hui », Valérie Dupin, doula et coprésidente de l’association Doula De France, Anne Morandeau, sage-femme à la maison de naissance du CALM et Laure Delpierre, maman ayant accouché 4 fois au CALM et coordinatrice de la Semaine Mondiale pour l’Accouchement Respecté.

La salle était pleine à craquer, remplie de futurs parents, de doulas novices ou expérimentés, de sage-femmes et de personnes sensibilisées à ce sujet. Un très beau film, où toutes les émotions s’entre-mèlent tout comme un accouchement, des histoires d’accouchement poignantes et des interventions de spécialistes variés passionnantes. Le débat qui a suivie a été très riche et nous a donné de l’énergie pour se lever et dire à qui veut l’entendre : « Mieux accoucher, c’est possible ! »

J’ai pu en parallèle de l’organisation de cette soirée et jusqu’à ce soir, lire le livre de Francine et tout comme cette soirée, il m’a donné des frissons.

Frissons nostalgiques car en lisant les anecdotes qu’elle raconte sur les parents qu’elle a accompagné, je m’y suis retrouvée (j’ai accouché de 3 enfants avec son aide) et j’ai retrouvé cette présence rassurante, ce pilier inébranlable dont on a besoin quand la douleur est insoutenable, cette discrétion après l’accouchement qui laisse le couple avec son enfant dans sa bulle, ce sourire rayonnant et cette voix douce qui parle à votre enfant comme si elle le connaissait depuis toujours.

Frissons de tristesse pour ces mamans qu’on délaisse en pleine douleur, qu’on n’écoute pas et pour ces papas qu’on ignore,

Frissons de colère pour ces professionnels de la naissance qui ne veulent pas changer, qui infantilisent la femme enceinte ou qui lui prennent sa liberté de choisir.

Frisson d’espoir parce que les pratiques changent doucement mais sûrement, que les maisons de naissance comme le CALM existent (et c’est déjà beaucoup), que le mot doula prend petit à petit sa place dans le vocabulaire de la périnatalité et que nous réalisons, notamment grâce à des soirées comme le 16 mai ou des livres comme celui de Francine Dauphin, que nous avons le droit de choisir notre accouchement et que ce choix n’est pas anodin lorsque l’enfant paraît, et qu’il grandit.

Un grand merci aux intervenantes de ce ciné-rencontre organisé avec le CALM et les Doulas De France. Cette réussite nous donne l’énergie de recommencer dans le but d’informer et de prévenir !